Du 18e siècle à nos jours

En 1787, l’édit de tolérance signé par LOUIS XVI crée l’état civil.

Il permettra aux protestants de vivre au grand jour et d’enregistrer les naissances, les mariages et les décès.

La déclaration des droits de l’homme (1789) et le concordat de 1802 mettront un terme définitif aux persécutions exercées sur le protestantisme.
(La maison du protestantisme poitevin, située à BEAUSSAIS, permettra aux personnes intéressées d’approfondir l’histoire du protestantisme régional.)

L’activité économique prospère principalement grâce à l’agriculture et principalement la culture du blé.
On élève des brebis, des juments poulinières, des mules et mulets et surtout des veaux d’Auvergne destinés à devenir des boeufs de travail.

On dénombre alors vingt-trois métairies et trois petits moulins sur le LAMBON.
Quelques tisserands fabriquent des serges et une sorte de tissu de laine et de fil appelé « boulangé ».

A l’aube de la révolution, les habitants de FRESSINES se réunissent en syndic sous la présidence de François PARSONNEAU.
Celui-ci est représentant à l’assemblée du tiers état, à NIORT, en compagnie du chirurgien-barbier Jacques MASSE.

Les réclamations de l’époque concernaient l’état de ruine des quatre petits ponts sur le LAMBON, des dommages portés aux cultures par les nuées de corbeaux et de moineaux des bois environnants et de la présence de quatre vingt mendiants locaux aidés tant bien que mal par quelques métayers et l’abbé Jacques DILLON.


Page précédente : Les guerres de religion
Page suivante : Légendes - Les Dames de Moulay